‘Sois parfait’, ‘Fais plaisir’, ‘Sois fort’, ‘Fais des efforts’, ‘Dépêche-toi’…, vous arrive-t-il d’entendre ces injonctions chuchoter en vous ?

Convictions intégrées à notre insu pendant notre enfance, ces 5 drivers ou messages inconscients influencent considérablement notre vie quotidienne lorsque nous sommes sous stress léger… Quels sont vos drivers dominants ? Comment les identifier et mieux les conscientiser ? Visite guidée de cet outil développé par le psychologue Taibi Kahler…

Les messages contraignants sont des expressions et injonctions émis par les adultes référents que nous avons intégrés inconsciemment, pendant notre enfance, comme étant des réponses à la question : « Comment puis-je faire pour être aimé, apprécié, reconnu ? ».

A force d’être répétés, ces messages automatiques, appelés ‘drivers’ (encore appelés « messages contraignants » ou « pilotes de vie »), perdurent à l’âge adulte. Machinalement, nous tentons en permanence de les satisfaire.

Plus souvent qu’on ne le pense, ils guident nos actes, décisions et comportements, parfois à notre détriment. En somme, les ‘drivers’ sont des réponses d’hier à des problèmes d’aujourd’hui. Jusqu’à ce que nous les remettions en question…

Tour de piste des 5 drivers de motivation

Dans les années 1970, le psychologue américain Taibi Kahler, créateur de la Process Communication, ajoute les concepts du Mini-scénario et des Drivers à l’analyse transactionnelle (AT). Pour mémoire, l’AT est une théorie de la personnalité, des rapports sociaux et de la communication, développée par le médecin psychiatre et psychanalyste Eric Berne.

Le modèle élaboré par Taibi Kahler décrit six types de personnalité (empathique, travaillomane, persévérant, rêveur, rebelle, promoteur). « Ces types correspondent à des combinaisons de caractéristiques liées aux besoins, aux canaux de communication privilégiés, au comportement sous stress et surtout à cinq drivers, à savoir cinq convictions qui dirigent notre comportement sous stress léger », indique Psy.be.

Ils sont les suivants :

  • ‘Sois fort’
  • ‘Sois parfait’
  • ‘Fais plaisir’
  • ‘Fais des efforts’
  • ‘Dépêche-toi’

En principe, chacun d’entre nous possède un ou deux drivers dominants, mais ils peuvent aussi tous s’exprimer à des intensités variables, en fonction des situations et des étapes de notre vie.

Prendre conscience de nos freins inconscients

Etant très énergivore, chaque ‘driver’ génère des inconvénients. En effet, lorsque nous rentrons en contact avec nos ‘drivers’, une partie de l’énergie qui pourrait nous servir à penser clairement et avec lucidité en fonction de la situation présente, est utilisée à écouter ces petites voix automatiques du passé.

Voyons de plus près les caractéristiques de chaque driver et ce qu’ils véhiculent.

Fais plaisir : Hérité de discours type « Tu me fais de la peine », « Ne sois pas égoïste », « Sois gentil, je suis fatigué », les personnes en proie au ‘Fais plaisir’ pensent qu’elles doivent être dévouées, aimables, attentives aux autres afin de mériter leur estime. Ayant un fort besoin d’obtenir de l’amour et de la reconnaissance, elles ont tendance à se sentir responsables du bonheur des autres et vivent dans la crainte permanente de décevoir leur entourage. Le revers de la médaille est qu’elles ont peu conscience de leurs propres besoins.

Sois parfait : « Quand on fait une chose, il faut la faire parfaitement », voilà bien évidemment le crédo des ‘Sois parfait’. Les personnes qui s’attachent à cette croyance ne se sentent pas bien tant qu’elles ne peuvent s’estimer irréprochables, que cela soit  en termes d’actions ou  de connaissances. ‘Sois parfait’ peut devenir critique envers lui-même et les autres. Il  veut tout contrôler, devient pointilleux à l’extrême et à beaucoup de difficultés à déléguer.

Sois fort  : l’étendard des ‘Sois fort’ pourrait être « La vie est un combat qu’il faut gagner ». Souvent ces personnes ont des difficultés à montrer leurs émotions et à accueillir celles des autres car elles considèrent que ce sont des signes de faiblesse. ‘Sois fort’  pense qu’il vaut mieux se débrouiller seul et ne demande pas souvent de l’aide.

Fais des efforts : c’est l’injonction qui dit « Quand on est persévérant et déterminé, on finit toujours par réussir ». En terme de comportement cela donne des personnes très actives,  impliquées et aimant se dépasser voire se surpasser. A l’extrême, elles peuvent avoir tendance à compliquer les choses pour que le résultat soit vraiment méritoire. En fonction des événements, elles peuvent rejeter la responsabilité de leurs  échecs sur les circonstances ou sur les autres.

Dépêche-toi : « A cette vitesse-là, tu n’y arriveras jamais » peuvent se répéter inlassablement les ‘dépêche-toi’. Ces personnes sont en permanence dans le résultat rapide (efficacité avant tout !) et font preuve de peu de patience. En toute circonstance, elles veulent aller vite et sont dans l’économie de ressources. Elles ont également tendance à s’ajouter des choses à faire en même temps qu’elles se dépêchent…

Comment utiliser les ‘drivers’ à bon escient

La première étape du cheminement consiste à prendre conscience de nos messages contraignants dominants. Et bonne nouvelle, chaque ‘driver’ a des aspects positifs si nous les utilisons avec discernement.

Par exemple, une personne qui est dans la croyance du ‘Fais plaisir’ est emphatique, douée pour l’écoute et est capable de préserver l’harmonie d’une équipe. En revanche, un ‘Sois parfait’ se montrera réfléchi, précis et fournira un travail de qualité. Un ‘Sois fort’ est capable gérer des situations qui demandent du sang-foid  comme des situations de crise ou d’urgence. Un ‘Fais des efforts’ sera plutôt volontaire, créatif et tenace. Enfin un ‘Dépêche-toi‘ travaille, pense et décide rapidement. Il est à l’aise avec la pression et les échéances courtes.

D’où l’importance de détecter nos forces et nos faiblesses et d’en tirer parti pour favoriser des relations interpersonnelles harmonieuses.

Reprogrammer l’inconscient : les permissions

L’identification de nos comportements limitants nous permet de prendre du recul par rapport à nos comportements habituels.

Après la prise de conscience, le temps sera venu d’émettre un nouveau message positif sous forme de ‘permission’. Chacun de nous peut choisir les permissions qui lui sont propres pour progresser vers la réalisation de son objectif. Au fur et à mesure que ces phrases ‘antidotes’ seront répétées, l’inconscient se reprogrammera.

Auto-coaching : identifier vos drivers dominants

Et vous, quels sont les drivers qui résonnent le plus ? Comment s’expriment-ils ?

En quoi sont-ils insatisfaisants en terme de comportement ? Qui d’autre est impacté autour de vous ?

Mais aussi, en quoi sont-ils avantageux pour vous et votre entourage ?

Quels facteurs de changement sont sous votre contrôle ? Et comment pouvez-vous les mettre en œuvre ?

Que voulez-vous garder de vos drivers ? Que voulez-vous abandonner ?

 

(Fabienne van Elmbt – Sources : Psy.be/anti-deprime.com/qwesta.fr/wikipedia – Image : Pixabay/Gino Crescoli)